Patinoire-de-nuit-1024x683.jpg
patin.png

Et si le patinage artistique m'était conté...?

Peut-être vous êtes-vous déjà posé la question de savoir quand, comment et par qui la discipline est-elle née ? 

Savez-vous que le patinage artistique, en tant que discipline sportive n'existe que depuis le XIXème siècle?

A ce titre, il convient de faire la distinction entre le patinage entendu comme moyen de locomotion, à l'image de la marche à pied, et le patinage en tant que discipline sportive. Car en effet,  il existe bel et bien une différence entre activité et sport. S'il est aujourd'hui commun de parler de sport pour toutes les activités physiques, le mot en tant que tel a une histoire qui s'inscrit dans un contexte historique, sociologique et géographique particulier...

Aux origines du sport 

A l'origine, le mot sport provient du verbe desporter qui signifie en ancien français "s'ébattre". Il caractérisait des activités ludiques, de jeu, de divertissement. D'ailleurs avec Rabelais au XVIème siècle, le verbe devient synonyme de "s'amuser". On connaît d'ailleurs le fameux jeu de paumes pratiqué en France pendant l'Ancien Régime.

C'est en Angleterre que le mot va davantage caractériser les activités physiques en tant que telles ainsi que les compétitions qui l'accompagnent, en commençant par la chevalerie. C'est de là que le verbe desporter devient disport puis sport. Le sport n'est alors réservé qu'à une certaine catégorie de population parmi les plus aisés, aussi bien en France qu'en Angleterre.

A partir du XIXème siècle en France, le mot va peu à peu prendre une tournure éducative qui avait commencé à faire son chemin avec les philosophes des Lumières. Le sport est alors un moyen d'éduquer et de discipliner les hommes et la Nation. Il va englober principalement la gymnastique qui fait son introduction notamment dans les écoles. Le sport vise alors à former de bons citoyens mais aussi des soldats. C'est la naissance également des associations par la loi de 1901 qui fournit un cadre à l'accomplissement de ces objectifs.

Histoire du patinage

Le patinage, tout comme la marche ou la course, n'était à l'origine qu'un simple moyen de déplacement, avec pour différence par rapport à ces derniers de permettre aux Hommes de se mouvoir plus rapidement et plus facilement sans pour autant se fatiguer. Cela aurait été le cas il y a 3000 ans de cela en Finlande où l'on a découvert par la suite des patins datant de 751 ans après J-C. Ils étaient alors conçus avec une lame aménagée dans un radius de bœuf ou de cheval ainsi que d'une chaussure en cuir.

Une chaussure sur un patin à glace, datée du XI-XIIème siècle, conservée à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). © Jacques Mangin/Unité d'archéologie de la ville de Saint-Denis. Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/homme-patinait-on-glace-il-y-cinq-mille-ans-14027/

 

Ce moyen de locomotion apparu dans le Nord de l'Europe, aurait ensuite fait son bout de chemin à travers le reste du continent et plus tard en Amérique. Les Hollandais sont à ce titre considérés comme les pionniers du patinage, aussi bien comme activité physique que comme sport dans le sens moderne du terme. Les premières compétitions seraient nées au XVIème siècle tout comme les clubs et les patinoires artificielles. 

Le patinage en tant que discipline sportive et sous ses différentes formes (hockey, artistique, danse sur glace...) ne s'épanouit réellement qu'à partir du XIXème siècle avec la création en 1892 de l'actuelle Union Internationale de Patinage (ISU), l'une des plus anciennes fédérations internationales de sport. Le patinage artistique est d'ailleurs le premier sport inscrit aux Jeux Olympiques d'Hiver de 1908. Depuis lors, la discipline ne fait qu'évoluer, aussi bien en artistique que dans ses autres formes. Diversité des athlètes, complexité de la technique et développement technologiques des patins. Et cette histoire n'est pas finie !

                                                                                        

Sources à lire sans modération :

Articles :

Qu'est-ce que le Sport? Cultures sportives et géographie, Jean-Pierre Augustin, Annales de Géographie, 2011
/4, (n°680), pp.361-382

https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2011-4-page-361.htm

Histoire du Sport en France:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_sport_en_France

Appartenir à un club : les identités sportives dans la France du premier XXème siècle, Bertrand Blanchard, Les Cahiers de l'Histoire, 2009/17, pp.91-103

https://journals.openedition.org/chrhc/1351

Histoire du patinage  :

https://www.olympic.org/fr/patinage-artistique-equipement-et-histoire

Histoire du sport :

https://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-histoire-et-societe-histoire/#i_94316

Le sport vu par les philosophes des Lumières :

Le culte du corps : une invention des Lumières ? (franceinter.fr)

ancien patin.jpg

Les composants de la discipline

                        *

  En patinage artistique et notamment pour ce qui est du jugement des programmes en compétition, on parle de composants techniques et artistiques. Les premiers regroupent les sauts, les retournements, pas, pirouettes, attitudes. Les seconds caractérisent la chorégraphie du programme, l'aisance, la grâce du patineur, l'ensemble des mouvements corporels et gestuels propres à la danse. Les deux se complètent et font du patinage bien plus qu'un simple sport.

Les composants techniques

  • Les sauts

  Le patinage artistique​ est composé de 7 sauts principaux que l'on apprend généralement durant les premières années de patinage dans un ordre précis mais pas nécessairement. Le Saut de valse (1/2 tour) est le premier de la gamme, enseigné dès le plus jeune âge ou durant la première année de pratique. Non comptabilisé en compétition, il sert de base à l'apprentissage des autres sauts, dont le nombre de tours varient présentement entre 1 et 4.

  • Le Saut de Valse

  Ce saut d'un demi-tour est la base de l'apprentissage des autres sauts, mais plus particulièrement de l'axel, ce saut d'un tour et demi qui est à lui seul une étape importante dans la progression technique du patineur.

Le saut de valse se réalise avec une impulsion sur une carre en dehors avant, tout comme l'axel.

  • Le Boucle Piquée (To)

  Le Boucle Piquée simple, d'un tour, se réalise avec un départ en arrière sur une carre en dehors. Le piqué du pied de la jambe qui pique se place derrière le pied de la carre, dans le prolongement de la trace, du cercle dessiné par la carre dehors arrière.

    1) Départ de carre dehors arrière                             2) Passage de la carre devant le pied qui pique                      3) impulsion

  • Le Salchow (S)

 

  Le Salchow simple, d'un tour, se réalise aussi avec un départ en arrière, mais sur une carre dedans

   Détail de la position du corps (bras, jambes, buste, tête) de la prise de carre en dedans arrière jusqu'à l'impulsion.

 

  • Le Boucle (Lo)

  Le saut de Boucle simple, d'un tour, se prépare sur une carre dehors arrière.

   

 

 

 

  Détail de la position du corps (bras, jambes, buste, tête) lors de la prise de carre en dehors arrière. Le Saut de Boucle est le seul saut qui ne    

  nécessite pas de changer de jambe. On part et on arrive sur la même jambe.

  • Le Flip (F)

  Le Flip simple est aussi un saut piqué, à l'image du Boucle Piquée et du Lutz. Au contraire de ces deux sauts, le Flip se prépare sur une carre  

  dedans arrière.

   

    

   Détail de la position du corps (bras, jambes, buste, tête) au départ du Flip. Le pied de la jambe d'appui (en carre dedans arrière) doit être  

   ramené à côté du pied qui pique avant de sauter.

  • Le Lutz (Lz)

  Le Lutz simple se prépare à l'inverse du Flip, sur une carre dehors arrière.

 Détail de la position du corps (bras, jambes, buste, tête) au départ du Lutz. Comme pour le Flip, il faut ramener le pied d'appui en carre dehors  arrière jusqu'au pied qui pique avant de sauter.

  • L'Axel (A)

 

  L'Axel simple (1A), d'un tour et demi, se prépare comme le saut de valse. L'impulsion part d'une carre dehors avant.

   Détail de la phase d'impulsion et de rotation de l'Axel.   Dessin : Noëlla RICHARD

  Source des photographies :

Artistry on Ice, Figure Skating Skills and Style. Nancy Kerrigan with Mary Spencer, Human Kinetics, 2003, 231 p.

*

départ To.png
To 2.jpg
To 3.jpg
Saut de boucle décomposé.jpg
Salchow décomposé.jpg
Départ du Lutz.jpg
Flip décomposé.jpg
Axel décomposé - dessin.jpg
  • Les pirouettes

  En patinage artistique on distingue trois pirouettes de base, c'est à dire trois positions de base : debout, assise et allongée. A partir de ces positions, on ajoute des difficultés (torsion du buste, position de la jambe libre, saut, etc...) afin d'ajouter des niveaux à la pirouette et ainsi de remporter plus de points en compétition - si et seulement la pirouette et ses niveaux de difficultés sont entièrement validés. Ainsi, pour être comptabilisée, une pirouette doit contenir un minimum de 3 tours, tandis qu'une position doit être tenue au minimum 2 tours pour être validée.

  • Pirouette debout (USp)

  La pirouette debout en dedans arrière se caractérise par une position de la jambe porteuse (qui touche la glace) tendue ou presque. Elle peut se réaliser également en dehors arrière (généralement appelée pirouette back)

   

   Détail de la position du corps (bras, jambes, buste, tête) pendant la pirouette. 

    Dessin : Noëlla RICHARD

  • Pirouette assise (SSp)

 La pirouette assise se caractérise par la position de la jambe porteuse qui doit être au minimum parallèle à la glace. La jambe libre doit être tendue ou légèrement tendue devant.

      

    Détail de la position du corps (bras, jambes, buste, tête) pendant la pirouette. 

     Dessin : Noëlla RICHARD

  • Pirouette allongée (CSp)

    La pirouette allongée se caractérise par une jambe libre dont le genou doit se situer au-dessus de la cuisse et de la hanche.

      Détail de la position du corps (bras, jambes, buste, tête) pendant la pirouette. 

       Dessin : Noëlla RICHARD

  • Quelques variations:

     - Variations debouts : la pirouette Biellmann et la pirouette cambrée.

   

        

         

 

 

              Pirouette Biellmann                                                                                  Pirouette cambrée

      

      - Variation assise avec torsion du buste et des épaules.

    

     - Variation allongée avec torsion des épaules et de la jambe libre.

 

 

     Sources :

  -   Artistry on Ice, Figure Skating Skills and Style. Nancy Kerrigan with Mary Spencer, Human Kinetics, 2003, 231 p.

-    Dessins : Noëlla RICHARD

*

20210326_162740.jpg
20210326_164758.jpg
20210326_164748.jpg
20210326_165159.jpg
Pirouette cambrée.jpg
20210326_162719.jpg
20210326_162725.jpg
  • Les pas et retournements

  Les pas et retournements en patinage artistique permettent de composer une chorégraphie d'ensemble. Ils sont utilisés pour enchaîner les éléments techniques entre eux (sauts, pirouettes, attitudes), créer de la variété et de la diversité de mouvements plus complexes que de simples croisés. L'objectif des pas et retournements est à terme pour un programme de pouvoir composer un enchaînement complexe ou séquence de pas qui réponde à à une certaine exigence ou niveau déterminé par la catégorie du patineur. Cette séquence de pas à elle seule est comptabilisée en compétition comme élément technique à côté des sauts et pirouettes que le patineur doit exécuter. En fonction du nombre de pas et retournements validés par les juges, auxquels s'ajoutent d'autres critères de difficultés (rotations, mouvements du corps, blocs, etc.), la séquence de pas sera comptée ou non et caractérisé ou non par un niveau.

   - Principaux pas et retournements :

   A côté des trois que l'on apprend au début, on distingue ce que l'on appelle les retournements difficiles. Ce sont eux qui sont nécessaires et utilisés dans les séquences de pas et transitions (avant/après un saut ou une pirouette) car ils sont comptés si validés par les juges. Pour cela, il faut absolument que la carre de départ et la carre de sortie soient clairement identifiables.

Voici les retournements difficiles :

- Rocker

- Contre-rocking

- Bracket

- Twizzle

- Boucle

A côté, on distingue les pas qui, contrairement aux retournements, sont exécutés en changeant de jambe. Il s'agit des mohawks et des choctaws.

20210326_164851.jpg

Schémas des différents pas et retournements en patinage artistique.

                                           *      

Les composantes artistiques

  A côté des composants techniques, les composantes artistiques font également partie prenante de la discipline. Outre le fait de donner au patinage un aspect esthétique et gracieux, car ne l'oublions pas, le patinage artistique c'est aussi de la danse, en compétition, cet aspect compte et pas des moindres!

 

Ainsi pour valider une médaille, le patineur devra réussir à obtenir une note artistique et une note technique minimale déterminée. 

Pour ce qui est de la note artistique, les juges vont évaluer en fonction de la catégorie du patineur, une ou plusieurs compostantes parmi lesquelles on trouve : les Skating Skills (qualité globale du patinage), les transitions, la performance et l'exécution, la chorégraphie, l'interprétation.

Les Skating Skills :

  Dans cette composante les juges vont évaluer tout ce qui a trait à la qualité globale du patinage, c'est-à-dire l'équilibre du patineur, le contrôle des carres, la fluidité de la glisse, la capacité à patiner sur un seul pied, la multidirectionnalité, l'utilisation variée de la puissance, de l'énergie et de l'accélération.

Les Transitions :

  On retrouve dans cette section ce que l'on expliquait plus haut au niveau de l'utilisation variée et complexe des pas et retournements pour composer une chorégraphie. Dans cette section les juges vont évaluer la variété, la qualité, la difficulté et la complexité (imbrication) des pas, retournements, positions, mouvements et attitudes, c'est-à-dire tout ce qui va servir au patineur à se mouvoir sur la glace et à enchaîner les éléments techniques entre eux. 

La Performance et l'Exécution :

  Cette composante comprend l'engagement physique, émotionnel et intellectuel du patineur dans sa traduction du dessin de la musique et de la chorégraphie. Autrement dit, les juges vont évaluer sa capacité à raconter une histoire à travers son patinage. Seront ainsi évalués la clarté et la précision des mouvements, leurs variétés, l'individualité ou personnalité du patineur

La Chorégraphie :

  La composante chorégraphie comprend la distribution intentionnelle développée et/ou originale de tous les types de mouvements en accord avec les principes de proportion, d'unité, d'espace, de schéma, de structure et de phrasé. Les critères évalués sont : le but (idée, vision, concept, humeur), l'utilisation multidimensionnelle de la glacephrasé et forme (mouvements et parties structurées en fonction de musique), l'originalité de la composition.

L'Interprétation :

  Enfin cette composante existe pour évaluer la capacité du patineur à retranscrire de par ses mouvements et son engagement personel, le caractère de la musique (rythme, intensité...). Les juges évalueront sa faculté d'exécution des mouvements en musique, reflétant ainsi son expression, son style et son caractère. C'est pourquoi il est important que le patineur aime la musique sur laquelle il patine, qu'il en ressente les émotions, le rythme et les nuances. 

                               

 

                                                                                                                 *